Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant la navigation sur ce site, vous acceptez le dépôt de cookies et autres tags pour vous proposer des publicités personnalisées, des fonctions de partage vers les réseaux sociaux et analyser l’audience du site internet. Certaines informations peuvent être partagées avec des partenaires de Century 21. Pour plus d’informations et paramétrer le dépôt des cookies, cliquez ici. J’accepte. X

Bienvenue chez CENTURY 21 Capitole Immobilier, Agence immobilière BRETIGNY SUR ORGE 91220

L'actualité de CENTURY 21 Capitole Immobilier

MARCHE IMMOBILIER : AJUSTEMENT OU RETOURNEMENT

Publiée le 08/07/2011
Les chiffres présentés par le réseau d'agences immobilières Century 21 (900 agences en France métropolitaine) pour le 1er semestre 2011 ne sont pas simples à interpréter : certains y voient d'abord une poursuite de la hausse des prix (+7,4% pour la France entière sur 12 mois après +8,7% en 2010), d'autres que cette hausse est essentiellement due à Paris et l'Ile-de-France (+15,6% pour Paris et +10,3 pour le reste de l'IdeF), alors que plusieurs régions voient les prix moyens baisser - l'Alsace (-4,3%), l'Aquitaine (-2,6%), l'Auvergne (-1,1%), la Bourgogne (-6,9%), le Limousin (-0,8%) et le Nord / Picardie (-0,1%) -, et d'autres stagner. D'autres encore retiennent surtout que dans toutes les régions où les prix progressent de plus de 3%, l'activité freine brutalement, à l'exception de Paris dont le nombre de transactions est en retrait de seulement 0,95%. Les volumes de transactions sont en effet globalement en retrait de 7,1% entre le 1er semestre 2010 et le 1er semestre 2011, alors que dans les régions où les prix sont restés sages, l'activité reste forte : c'est le cas de l'Alsace, l'Aquitaine, la Bourgogne, la Bretagne, la Haute-Normandie, le Limousin, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes... Au niveau national, le prix moyen au m2 atteint 2.693 euros au 1er semestre 2011, mais il est en fait de 3.551 euros pour les appartements (soit une hausse de +9,5% sur 12 mois), et de 2.149 euros pour les maisons (soit une augmentation de +6,3% sur 12 mois). Ces prix ne sont cependant que des moyennes : les appartements atteignent une moyenne de 8.344 euros le m2 à Paris intra muros (!) et descendent jusqu'à 1.155 en moyenne euros dans la région Limousin... Le délai de vente moyen semble avoir diminué pour les transactions qui ont abouti : -4 jours à 78 jours pour la France entière. mais là encore la région capitale fausse les chiffres: il n'est que de 39 jours à Paris (-9 jours), de 63 jours dans le reste de l'Ile-de-France (-6 jours), de 70 jours à Lyon et sa région (-5 jours), mais de 93 jours à Marseille et sa région (+11 jours) et jusqu'à 102 jours en Poitou-Charentes. Les marges de négociation restent faibles : 5% en moyenne nationale, en légère baisse, mais elle ne sont que de 2,1% à Paris et 3,8 à Lyon... le taux de financement augmente à 78,7% du montant de l'acquisition (+2%), mais il baisse à Paris : 58,6% (contre 64,2% au 1er semestre 2010), ce qui en dit long sur les moyens de ceux qui continuent à acheter dans la capitale. Les durées de crédit augmentent globalement de 19,8 années en 2010 à 20,1 en 2011. Cette tendance s'inscrit sur le long terme, indiquent les dirigeants de Century 21 France, puisqu'il y a dix ans, la quotité de financement moyenne pour l'acquisition d'un bien immobilier était de 73,4% et la durée moyenne d'un prêt était de 15,4 ans. Concernant les acquéreurs, ce sont au plan national les moins de 40 ans dont la proportion parmi les acquéreurs s'amenuise le plus (-14,51%). A Paris et dans une moindre mesure dans le reste de l'Ile-de-France, la tranche des moins de 30 ans s'effondre (respectivement -26 et -19%). La proportion des investisseurs augmente à 16,8% (+10,18%). Elle est très forte à Paris, à 26% et augmente encore (+8,3%), et elle est très faible en reste Ile-de-France à 11,7%, bien qu'en augmentation (+9,1%). Le réseau Century 21 établit ses chiffres sur la totalité des transactions réalisées par ses agences (le franchiseur les suit intégralement pour l'assiette de la redevance perçue), sans redressements pour tenir compte de changements éventuels dans la composition des biens ayant fait l'objet de ces transactions. Ils n'ont donc pas valeur d'indice au sens de l'INSEE, mais sont néanmoins représentatifs dans la mesure où ils sont établis à partir de près de 10% du marché global français...

Notre actualité