Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Capitole Immobilier, Agence immobilière BRETIGNY SUR ORGE 91220

GAZ/ELECTRICITE : EFFETS DE LA CONCURRENCE

Publiée le 22/06/2011

C'est ce qui ressort d'une première étude approfondie de l'Observatoire des marchés de l'électricité et du gaz de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), comparant les offres concurrentes des fournisseurs alternatifs aux tarifs règlementés d'EDF pour l'électricité, et de GDF Suez pour le gaz. Cet observatoire, actualisé tous les trimestres, est publié sur le site internet de la CRE (www.cre.fr). Depuis le 1er juillet 2007, tous les consommateurs ont la possibilité de choisir leur fournisseur d'électricité ou de gaz. Mais certains consommateurs ont bénéficié de l'ouverture des marchés quelques années plus tôt : à partir de 2000 puis 2003 pour les très gros consommateurs industriels, et à partir de juillet 2004 pour toutes les entreprises et collectivités locales.

La concurrence s'est installée progressivement malgré la prudence d'une grande majorité des clients, attachés au maintien d'un tarif fixé par l'Etat. EDF, GDF Suez et leurs concurrents ont commencé à proposer aux particuliers et aux entreprises une gamme d'offres assez large et à se battre sur les prix. Mais le résultat n'est pas systématiquement plus favorable que les tarifs règlementés : pour l’électricité les offres vont de -4,4 à +11,3% pour un client Base 6 kVA, et de -4,3 à +9,1% pour un client HP/HC 9 kVA. Pour le gaz les offres vont de -9 à +17% pour un client type B1 (chauffage) et de -6 à +50% (!) pour le gaz de cuisson...

Quand les opérateurs historiques se font concurrence - EDF dans le gaz et GDF dans l'électricité - le résultat n'est pas toujours celui qu'on croit : EDF est moins cher de 2% en gaz de chauffage que le tarif règlementé, mais plus cher de 42% en gaz de cuisson ; GDF est équivalent ou plus cher en électricité qu'EDF, qui est aussi plus cher en tarif libre qu'en tarif règlementé...

Le courant fabriqué uniquement à partir d'énergie renouvelable reste plus cher. A l'inverse, un particulier ayant souscrit une puissance de 6 KVA) peut payer 4% de moins que le prix réglementé chez un fournisseur alternatif fondé par plusieurs syndicats communaux et adossé à GDF Suez.

Pour le gaz, la baisse des prix de gros du gaz naturel favorise les fournisseurs alternatifs, alors que GDF Suez dépend de contrats de long terme moins avantageux.

La possibilité, désormais garantie, de revenir aux tarifs règlementés a dopé les transferts au premier trimestre 2011, ils sont repartis à la hausse après quatre trimestres consécutifs de baisse. Au cours des trois premiers mois de l'année, EDF a perdu 41.000 clients, contre 7.000 au quatrième trimestre 2010.

Cependant l'ouverture du marché de l'énergie continue de faire peur aux ménages français. Au total, 1,6 million de foyers seulement sur 30,3 millions, soit 5%, ont quitté EDF dans l'électricité. Dans le gaz, 12% des 10,7 millions de sites ont quitté GDF. Hormis la réversibilité, la mise en application de la loi "NOME" du 7 décembre 2010 (Nouvelle organisation du marché de l'énergie), censée dynamiser le marché de l'électricité, risque de ne pas atteindre son objectif, pour avoir fixé trop haut le prix auquel EDF vendra l'électricité nucléaire à ses concurrents...

Notre actualité