Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs
Bienvenue chez CENTURY 21 Capitole Immobilier, Agence immobilière BRETIGNY SUR ORGE 91220

Crédit immobilier : les emprunteurs sont plus jeunes et gagnent moins

Publiée le 07/02/2019

En France, le revenu moyen d’un foyer nécessaire pour emprunter est inférieur à 5000 euros nets par mois. Une première depuis cinq ans, selon Meilleurtaux. Mais il atteint un record à Paris. Un soutien des parents est le bienvenu pour gonfler l’apport.

Alors que, selon la Fédération bancaire française, les Français sont moins enclins à souscrire un crédit immobilier, les courtiers soutiennent le contraire. «Les demandes de prêts ont retrouvé leur niveau de 2017 en ce début d’année grâce à une hausse de 20% du nombre de demandes de financements entre janvier 2018 et janvier2019. Les tensions dans le pays, et notamment le mouvement des «gilets jaunes», ont renforcé l’idée que l’immobilier est plus que jamais une valeur refuge», affirme Sylvain Lefevre, président de La Centrale de financement, courtier en prêts immobiliers et filiale du groupe April. Même son de cloche du côté de Meilleurtaux. «Le nombre de dossiers avec compromis signés est en hausse de 8% sur un an, par rapport à janvier 2019. C’est un bon démarrage mais pas exceptionnel», déclare Maël Bernier.

Quoi qu’il en soit, l’évolution de la demande cette année est majeure pour le marché immobilier. Si a priori les taux d’emprunt devraient rester bas au moins durant le premier semestre, comment vont se comporter les prix? Le pouvoir d’achat des Français n’étant pas illimité, un ralentissement de la demande en 2019 serait à craindre notamment à Paris, comme nous l’expliquaient en fin d’année plusieurs agents immobiliers. En France, le revenu moyen des foyers emprunteurs nécessaire pour emprunter 216.662 euros (montant moyen d’un prêt) a reculé de près de 15% en un an et même de plus de 20% en deux ans. De 5500 euros nets en 2016, il est passé à 4376 euros en 2018, selon le profil-type de l’emprunteur établi par Meilleurtaux. «C’est la première fois depuis cinq ans que le revenu moyen de l’emprunteur est passé sous la barre des 5000 euros, précise Maël Bernier. C’est la preuve que les politiques bancaires se sont assouplies l’année dernière».

Certes, mais comme souvent dans l’immobilier, un marché à deux vitesses, nous constatons un écart substantiel entre Paris et le reste de la France. Ainsi, dans la capitale, un foyer doit gagner près de 8300 euros nets par mois (8259 euros exactement) - un record selon Meilleurtaux - pour pouvoir emprunter 216.662 euros. À Lyon, l’une des villes les plus chères de province, ce chiffre s’élève à 5800 euros nets par mois.

Dans ces cas-là, et alors que l’âge moyen de l’emprunteur continue de reculer (de 37 ans en 2016 à 36 ans en 2018), un soutien financier des parents voire des grands-parents est le bienvenu. «Nous avons constaté ces derniers mois une contribution des ascendants de plus en plus forte, souligne Sylvain Lefevre. La plupart des placements financiers rapportant de moins en moins, ils préfèrent aider leurs enfants ou petits-enfants avec des sommes comprises entre 20.000 et 50.000 euros». Un soutien exceptionnel loin d’être négligeable qui permet ainsi d’accroître l’apport moyen et d’alléger l’emprunt.

Même s’il est en nette hausse par rapport à 2017 (14.234 euros), l’apport moyen de l’emprunteur ne représente en effet que 8% du montant de l’emprunt, soit un peu plus de 18.000 euros. Pour le président de La Centrale de Financement, «cette contribution, quand on a la chance de pouvoir en bénéficier, constitue une alternative à une hausse de la durée de l’emprunt» qui a récemment atteint le niveau record de 20 ans, selon Crédit Logement.

Notre actualité